Le Média Training en 2018 ou l’art de parler de soi

La simplicité au service de la complexité.

Il y a encore quelques années, les communicants, les porte-paroles, les dirigeants, voire les personnalités publiques envisageaient le média training comme un entraînement à répondre aux questions des journalistes… Cet exercice pouvait anticiper une période de crise, de promotion ou servait simplement à affirmer un message.

En cette période de surinformation, voire d’hyper médiatisation, le média training a changé de paradigme ; en d’autres termes, les enjeux ne sont plus de répondre aux questions des journalistes mais véritablement de construire une stratégie unilatérale afin d’affirmer une position médiatique à un instant T sur plusieurs supports.

Les 3 principes de base d’un Média Training cohérent. 

Afin d’éviter certains écueils, il est essentiel de rappeler les principes de base d’un Média Training réussi.

Premièrement : Connaître sa cible, à qui on va s’adresser in fine. Je ne parle pas du journaliste qui va nous interroger (n’oubliez jamais que le journaliste n’est qu’un simple relais certes il va transmettre, analyser ,décortiquer voir même tailler votre propos comme un bijoutier qui taillera, selon ses objectifs, une pierre ; le journaliste est là pour transmettre des faits, analyser des situations. il n’est pas là pour être votre VIP le VIP de vos messages de communication.) Donc vous devez connaitre son public, son audience et les caractéristiques de cette audience (les lecteurs les auditeurs et les téléspectateurs du journal).

Deuxièmement : une interview ou un message posté (post = langage social media) qui répondent à des questions, à des interrogations légitimes, se prépare toujours, s’anticipe à chaque fois. L’improvisation dans le cadre d’un discours médiatique ou d’un discours public n’existe pas. L’idée principale véhiculée doit être préparée, travaillée, sans forcément la caricaturée par la langue de bois. Car chaque individu a son propre phrasé, sa propre construction grammaticale. Il faut rester clair, compréhensible… en un mot : HUMAIN. Les exemples et la précision des faits qui illustrent les idées en sont la clé de voute, en toute circonstance.

D’un point de vue méthodologique, vous devez d’abord partir des questions que votre cible aimerait poser pour comprendre ce que vous faites pour répondre à la problématique et comment vous le faites. Au final vous aurez ainsi les principales idées qui vont soutenir votre discours.

Troisièmement : l’entraînement. Parler en public, parler à un journaliste, traduire son idée sur les réseaux sociaux ne sont pas des actes naturels. Ce sont des exercices techniques et comme toute technicité elle doit être apprise, pratiquée, voire expérimentée mais surtout il faut s’entraîner pour maîtriser. L’entraînement est primordial en toutes circonstances.

Qu’est-ce qui change fondamentalement entre du Média Training des années 2000 et du Média Training en 2018 : Le processus lié à la diffusion et à la culture de l’information. L’instantanéité de l’information et le questionnement sur la fiabilité des sources et des médias.

Je vous renvoie notamment au Baromètre 2017 – 2018 de la confiance des ménages français vis-à-vis des médias.

Alors comment rendre son média training performant et percutant pendant, par exemple, sa communication de crise ( CF l’article de Fabienne Borie, spécialiste en com’ de crise ) ?

Suite pour l’acte 2 le 18/06…

%s